09 janvier 2011

Taverne Karlsbraü (Paris)

Le taux d’exploitation du personnel est-il transmissible aux clients ? La réponse est oui. A force d’établir des plannings, d’hésiter entre coefficient multiplicateur et principe d’ Omnès, de réagir au benchmarking... on fait tourner son personnel en bourrique et les clients sont des gêneurs s’ils ne se conforment pas aux normes habituelles dans les temps et les espaces requis. La cuisine est plutôt correcte : notre tartare de saumon était même vraiment seyant, mais trop c’est trop ! Je conseille vivement à ce personnel de se syndiquer et de faire une bonne grève plutôt que de transférer sur les clients le stress géographique, horaire, climatique (le courant d’air !) qu’il subit. En une heure, nous avons vu six membres du personnel nous placer, conseiller, s’excuser de ne pas avoir le plat conseillé, servir, se tromper, harceler la table voisine pour la faire se déplacer, menacer de nous déplacer d’autorité au dessert, s’excuser des menaces, apporter la note, nous congédier sans même répondre à notre « au revoir », tout çà pour entrée-plat-dessert et un peu de riesling (excellent !) à 78,20 € . Bref, quand les brasseries parisiennes s’obstinent souvent à être désagréables avec les clients, celle-ci détient certainement une place d’outsider dans la course au titre (7/20 -1 Rue de Lyon 75012 Paris )

Posté par Flivorello à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Taverne Karlsbraü (Paris)

Nouveau commentaire